Nearly Ripped off to death by a publisher ? Get better by yourself and wait for justice (Maybe)

Let me tell you the story of a publisher ignoring a signed deal, how a German court of Justice decided it was apparently ok to do so, and nearly caused our undoing.

Transcripted_keyart

I’ve reached a point where I don’t understand how it’s possible to commit to a publishing deal for small studios. How could it be reasonable when what’s happening to us, well… CAN just happen. Honestly there’s not even something really specific to the gaming industry in this, so I’m wondering how international trade can even work.

If you’re not familiar with our situation, I’ll start with a brief summary: Alkemi is small indie studio founded in 2009. In 2012, on the 11th of september (definitely not a good omen), our first game Transcripted was released on Steam. Never heard of it ? Well, I guess I’ll have to thank the PR department of our publisher. But I have so much more to ‘thank’ them for… We weren’t too happy about the absence of visible work on the game release but it was nothing compared to the fact of losing our game entirely.To this day, and despite a year and a half legal procedure, we have:
– no income whatsoever from the game since its release, despite an obligation to give us back between 60 to 80% of the digital sales
– no clear idea of the number of sales made by the publisher, despite an obligation to provide monthly reports per the contract
– no exhaustive list of which platforms were used to distribute the game, despite an obligation to disclose this information as per the contract
– no rights to distribute the game by ourselves after we blocked the game on certain platforms (well, Steam as you will see later), until the legal situation has clarified
– apparently no hope to reclaim more than a year of work in a foreseeable future

But we do know that:
– the game was sold with 90% discount on Steam and other ESD without our consent
– the game was bundled with others to be sold off without our consent

Scorched earth policy… and there’s pretty much nothing we can do about this. Well, that’s not exactly true. I want to thank once more the Steam people for taking the time to listen to us and being the only persons to care and actually do something about it. They nicely removed the game from sale on the platform while we settled out our problems. Others we managed to reach out were not so understanding, claiming they could do nothing if they wanted to avoid legal problems of their own with our publisher.

That’s the point where you might think: “Poor kids, that’s how it ends when you sign a contract without carefully reading”. Ok sorry, you might not be so patronising but you get the point. Actually we’re not kids. We hired a lawyer (a german lawyer for a german publisher because that did sound practical), and with his help we have re-written most of the original contract proposed by the publisher. Because yes, the original one was of the type sign-here-with-your-blood-and-kiss-your-soul-goodbye-fellas. At the time, it just seemed “fair” of them to just try. It was a long back and forth process to make them agree to all our terms. And in the end, we thought we had found a profitable ground for both parts : the first thousands of sales we got the lion share and if the game sold reasonably well, the publisher got more and more on each sale. It was in the publisher’s own interest, we thought, to make the game a success. To this day, I still think this contract is decent. To be honest, I’ve seen some flaws in it since then but nothing, NOTHING justifying the insane situation we are in now. For a year and a half, we have endured a legal procedure, and no one seems to really care what’s written on this piece of paper!

The release of the game was an ordeal : at the original date of release planned for the game, our producer was fired. Because… well, I’m still not exactly sure. Too bad, we felt at the time like he was the only one actually helping things. The game was then delayed for more than a month “because you know, it’s not the right time”. And then… September 11, the stars are aligned. And that was great news because we certainly needed the money! Even if we had a publishing deal, we self financed a large majority of the game.

Honestly, for more than 90% of game studios, what did come next would have been game over. I can’t get the idea out of my mind that if the publisher did what he did, it was because he honestly had every chance to destroy us right then. Alkemi gone, the publisher could do anything with Transcripted without any fear of protest of any kind. But we have a secret weapon : we make our games but we also have customers. It happens our team is composed of a bunch of motion design veterans with years of experience in digital agencies and that’s how we finance our games. The last quarter of 2012 was really really difficult financially. It was a close call, but we did it with no lay off. We worked very hard, but not on the game to add more content like we had planned. We couldn’t work on the game because it was bringing absolutely no money. Worse, we had lost all contact with our publisher. No monthly rev share, no monthly sales report like stated in the contract, no nothing. My emails were ignored, my phone calls did not go further than the poor secretary forced to admit that, yes, her boss was there, but was not willing to speak to me. Even the official request by physical mail was completely ignored.

At this point, you will usually call your lawyer and start a legal action. From our point of view,the case was crystal clear : we did everything specified in the contract, everything we had to and more!

We had to include localization provided by the publisher for 5 languages?
We did it for 8, because we’re nice guys and it could help the game.
We had to provide a Steam version, non steam versions, retail box versions…
We did.

The publisher did nothing. I don’t even speak of the obvious lack of PR effort for the game release. I can live with that. That will teach me to trust someone else to do what I can do better for myself. But everything else, every other obligations stated in the contract were completely ignored by the publisher. We got no reports, no payment, no justification either for the lack of those. How difficult can it be to win this kind of case ? You might be surprised…

After a useless attempt to convince the publisher to comply through our lawyer and a ridiculous threat of suing us back, we filed our official complaint to the Cologne court of justice (Germany) in February 2013. Then pretty much nothing happened until december 2013… 10 months of waiting for a first hearing by the judge. 10 months… How many times can you be liquidated in 10 months if you’re short of money ?! That’s insane, but it gets worse.

I went to this hearing relatively confident. Surely anyone listening to the situation and reading the contract would understand the obvious. Wrong. Apparently if you’re a publisher and accused of not complying to the contract you’ve signed, it’s a completely valid defense to oppose an oral contract supposedly passed with the developer. And since this (imaginary) oral contract was not respected by the developer, you don’t feel any kind of obligation to pay anything anymore.

Wait What?! You can say something like that and just get away with it ? You can use this kind of defense and be treated like it is your word against theirs ?! I’ve heard for the first time during this hearing that the publisher supposedly required an asian and south american version that we had refused to provide. There’s not even a mail to prove this was discussed because, conveniently, this apparently all happened over the phone? I was speechless. It was sincerely the most distressful day of all my life and at that point I must admit I wasn’t so sure we could win. I can’t understand how a business contract can have any kind of value when you can invoke an oral contract to just modify or add some terms to it.

To be fair, my lawyer told me that the court didn’t entirely accept the publisher’s statement, they were supposed to somehow prove it. Yeah, no kidding ? But 11 months laters, a large parts of our demands have still been ignored: we have asked for our share of digital sales, monthly reports of every digital sales. We get only a report of the first year of sales with obvious holes as well as expenses deducted from the revenues, contrary to what was agreed in the contract. We ask for the 30 000 thousands euros, the publisher owes Alkemi to have the right to sell a box version of the game for 3 years. We’re told this will be examined later when the digital sales situation will be solved. I’ve got a 2 years old unpaid bill for the box version of the game. A very real box version that I did find and bought at a local retailer in my own city last summer

Saying that I’m disappointed by german justice would be a euphemism. I’m baffled and actually my lawyer is kind of surprised too. He actually apologised to me for the bad impression left by a German court! Two years ago, we did know it would be a long process, but I was convinced we would prevail. Right now, I’m not even sure we will get justice. And in the end, the publisher’s strategy could end up as a profitable business move… That hurts.

[french version]

Arnaqué par un éditeur au dernier degré ? Débrouille toi tout seul et attend la justice (Peut-être)

Laissez-moi vous raconter l’histoire d’un éditeur qui s’assoit complètement sur le contrat qu’il a signé, comment une cour de justice allemande a décidé qu’apparemment ça ne posait pas de grave problème et comment nous avons failli y rester.

J’ai atteint un point où je ne comprends pas comment un petit studio peut s’engager dans une relation contractuelle avec un éditeur. Comment cela pourrait-il être raisonnable quand il est seulement possible que ce qui nous est arrivé, et bien arrive ! Honnêtement je ne vois rien de terriblement spécifique au monde du jeu vidéo là dedans, alors j’en viens à ne pas comprendre comment le commerce international tient seulement debout.

Si vous n’êtes pas familier avec notre situation voici un bref résumé : Le 11 septembre 2012 (définitivement pas un bon présage) , notre premier jeu Transcripted sortait sur Steam. Jamais entendu parlé de ce titre ?  J’imagine que je devrais remercier le département presse de notre éditeur pour ça. Mais j’ai tellement plus de raisons de vouloir les ‘remercier’… Ha ça, nous n’étions pas très heureux du manque de travail autour de la sortie de notre jeu mais ce n’était rien comparé à la dépossession quasi complète qui allait suivre. A ce jour et malgré un an et demi de procédure, nous n’avons :
– aucun revenu lié au jeu depuis sa sortie, malgré une obligation contractuelle de nous reverser de 60 à 80% du montant des ventes digitales
– aucune idées précises du nombre de copies vendues par l’éditeur, malgré une obligation contractuelle de fournir un rapport mensuel de vente
– aucune liste exhaustive des sites où a été distribué le jeu
– aucun droit de distribuer le jeu par nous même tant que la situation n’est pas éclaircie
– apparemment aucun espoir de récupérer plus d’un an de travail dans un avenir proche

Par contre nous savons que :
– le jeu a été vendu sur Steam et d’autres plateformes digitales à -90% sans notre accord
– le jeu a été bradé avec quelques autres dans des bundles à prix cassés toujours sans notre accord

La politique de la terre brulée… et il n’y a rien que nous puissions faire. Bon, ce n’est pas tout à fait vrai et je voudrais en profiter pour remercier une nouvelle fois l’équipe de Steam. Ils ont été les seuls à nous avoir écoutés et à avoir réellement fait quelque chose en conséquence. Ils ont gentiment retiré le jeu de la vente tant que l’affaire n’était pas réglée. Les autres distributeurs que nous avons réussi à contacter n’ont pas été aussi compréhensifs. Prétextant de potentiels problèmes légaux avec l’éditeur ils ont affirmé avoir les mains liées.

Et là normalement vous vous dites : “Pauvres gamins, en même temps voilà ce qui arrive quand on signe un contrat sans l’avoir correctement lu !”. Ok désolé, vous n’êtes probablement pas aussi paternalistes, mais vous saisissez l’idée. Je le regrette parfois, mais ça fait un moment qu’on est plus des mômes. Nous avions pris un avocat, un avocat allemand parce que cela paraissait malin pour un éditeur allemand, et avec son aide nous avons ré-écrit la plus grosse partie du contrat proposé par l’éditeur. On ne va pas se mentir, l’original était du style “signez là avec votre sang, promis tout va bien se passer, tuff tuff désolé c’est le soufre, ça m’irrite les bronches”. A ce moment, ça nous paraissait normal qu’ils essaient juste au cas où. C’était de bonne guerre quoi. Quelques mois plus tard, après un nombre incalculable d’aller-retours, nous avons fini par leur faire accepter nos principales conditions. Et au final,  nous pensions avoir trouver un terrain d’entente profitable pour tout le monde : sur les premiers milliers de vente, nous avions la part du lion et si le jeu se vendait juste correctement l’éditeur gagnait de plus en plus sur chaque vente. Nous pensions que c’était l’intérêt même de l’éditeur de faire du jeu un succès. Aujourd’hui encore, je trouve ce contrat décent. Ho pour être honnête, j’y ai bien repéré 2 ou 3 erreurs que je ne ferai plus jamais, mais rien, RIEN ne justifie la situation délirante qui est la notre. Nous avons enduré une procédure judiciaire de plus d’un an et demi et personne ne semble même vaguement intéressé par ce qui est écrit sur ce bout de papier !

La sortie du jeu fut une épreuve : à la date initialement prévue pour la sortie, notre producteur chez l’éditeur s’est fait viré. Parce que… et bien je n’en sais pas grand chose en fait. Dommage c’était peut être le seul qui donnait vraiment l’impression de tirer dans la même direction que nous. La sortie fut ensuite repoussée de plus d’un mois car je cite “ça n’était pas le bon moment”. Et puis… 11 septembre, les planètes sont alignées.  Et c’était plutôt une bonne nouvelle car nous commencions à avoir sérieusement besoin d’argent ! Même si nous avions un contrat d’édition, nous avions financé nous même l’énorme majorité de la production du jeu.

Honnêtement pour 90% de studios de jeu, ce qui a suivi aurait dû signifier le game over. Je ne peux pas m’empêcher de penser que si l’éditeur a fait ce qu’il a fait, c’est parce qu’honnêtement, il avait toutes les chances de nous flinguer net à ce stade. Alkemi disparue, l’éditeur aurait pu faire ce que bon lui semblait de Transcripted sans peur aucune de la moindre plainte. Mais nous avons une arme secrète : nous faisons des jeux mais nous avons aussi des clients. Il se trouve que notre équipe est constituée d’une bande de web designers bien expérimentés avec des années de travail en agences derrière eux et c’est grâce à cela que nous finançons nos jeux. Le dernier trimestre 2012 fut très très difficile financièrement. Il s’en est fallu vraiment de peu, mais nous nous en sommes tirés et sans licenciement. Nous avons travaillé dur, mais pas pour ajouter du contenu à notre jeu comme prévu. Nous ne pouvions pas travailler dessus car il ne rapportait absolument rien ! Pire, nous avions perdu tout contact avec notre éditeur. Pas de royautés sur les ventes, pas de rapports de ventes comme prévu dans le contrat, le néant total. Mes emails étaient ignorés, mes appels téléphoniques se heurtaient à la pauvre secrétaire qui n’avait d’autre choix d’admettre que son patron était bien là mais ne souhaitait pas me parler. Même la lettre recommandée bien formelle fut ignorée.

A ce stade en général, on appelle son avocat et on y va. De notre point de vue, la situation était claire comme de l’eau de roche : nous avions respecté le contrat dans son ensemble, nous avions fait tout ce qu’on attendait de nous et même plus !

Contractuellement nous devions inclure la localisation en 5 langues fournie par l’éditeur ?
Nous l’avons fait pour 8 parce que nous sommes de braves garçons et que ça pouvait aider le jeu.
Nous devions fournir une version dématérialisée pour Steam, une version non steam, une version boite…
Nous avons tout livré.

L’éditeur lui n’a rien fait. Je ne parle même pas du manque évident d’effort de communication fourni à la sortie du jeu. Non ça je peux vivre avec et cela m’apprendra à confier à quelqu’un d’autre ce que je peux visiblement mieux faire moi même. Mais toutes les autres obligations contractuelles de l’éditeur ont été ignorées. Nous n’avons eu aucun rapport de ventes, aucun paiement, aucune justification même pour l’absence de ceux-ci. Franchement, une affaire comme celle-là, ça ne doit pas être bien compliqué à gagner non ? Vous pourriez être surpris…

Après une inutile tentative de convaincre l’éditeur de se conformer au contrat via notre avocat, ainsi qu’une savoureuse menace de poursuite en retour de l’éditeur, nous avons officiellement déposé plainte à la cour de justice de Cologne (Allemagne) en février 2013. Et là, presque rien jusqu’à décembre 2013… 10 mois d’attente pour une première audience avec le juge. 10 mois… Combien de fois peut on être liquidé en 10 mois quand on a plus d’argent ?! C’est délirant, mais ce n’est que le début.

Je me suis rendu à cette audience relativement confiant. Nulle doute que quiconque écoutant le récit de la situation et ayant lu le contrat comprendrait l’évidence. Faux. Apparemment, si vous êtes éditeur et que vous êtes accusés de ne pas respecter le contrat que vous avez signé, il est complètement possible d’opposer un contrat oral supposément passé avec le développeur. Et comme ce contrat oral (imaginaire) n’a pas été respecté par le développeur, il est parfaitement logique de ne pas se sentir contraint à payer quoi que ce soit.

Mais… Quoi ?! On peut vraiment dire ça ? Sérieusement ? On peut utiliser cet argument comme système de défense et arriver à une situation de notre parole contre la leur ?! J’ai entendu pour la première fois de ma vie pendant cette audience que l’éditeur s’attendait à recevoir une version asiatique et sud arméricaine du jeu et que nous avions refusé de nous exécuter. Il n’y a même pas un mail pour prouver que cela fut évoqué. Evidemment, tout cela n’aurait eu lieu qu’au téléphone… J’étais sans voix. Ce fut sincèrement le jour le plus frustrant et déprimant de toute ma vie, et à ce moment j’ai même commencé à douter que nous finirions par gagner. Je ne comprends toujours pas comment un contrat peut avoir la moindre valeur s’il est possible d’invoquer un contrat oral pour le modifer ou y ajouter des clauses.

Pour être tout à fait honnête, mon avocat m’a précisé que la cour n’avait pas entièrement accepté la déclaration de l’éditeur et qu’ils étaient supposés le prouver d’une façon ou d’une autre. Non sans blague ?! Mais 11 mois plus tard, la plus grande partie de nos demandes ont encore été purement et simplement ignorées : nous avons demandés les royautés qui nous reviennent, les rapports mensuels de toutes les ventes digitales du jeu. Nous n’avons pour l’instant qu’un rapport de ventes sur un an avec des trous évidents et des déductions de bénéfices sorties de nulle part, contrairement à tout ce que prévoit le contrat. Nous avons demandé les 30 000 euros que l’éditeur doit à Alkemi pour la vente du jeu en boite sur une durée de 3 ans. Mais on nous répond que cette partie ne sera examinée que lorsque la situation des ventes digitales sera éclaircies. J’ai une facture impayée vieille de 2 ans pour cette version boite du jeu. Une version très réelle que j’ai acheté à la Fnac de Nantes l’été dernier pour égayer un rebord de fenêtre au bureau…

Dire que je suis déçu par la justice allemande serait un doux euphémisme. Je suis sidéré et à vrai dire, mon avocat est un peu surpris aussi. Il s’est senti obligé de s’excuser auprès de moi pour la très mauvaise impression que laissait une cour de justice allemande ! Il y a 2 ans nous savions que cela prendrait du temps mais nous étions persuadés de notre bon droit et de nos chances de réussite. Aujourd’hui, je ne suis même pas sûr que nous obtiendrons justice. Au final, la stratégie de l’éditeur pourrait s’avérer la plus profitable… C’est le plus douloureux finalementl.

14 thoughts on “Nearly Ripped off to death by a publisher ? Get better by yourself and wait for justice (Maybe)

  1. If it’s true that you earned exactly $0.00 , imo the contract has never been perfectioned, so it’s void. At this point you could publish your game wherever you want because you are no more in deal with ‘em (in my opinion, I’m not a lawyer though).
    And if the publisher wants to sue you, no problem! (If they have the money to do so…) If they were scammers, YOU are in right to ask for damage and loss; you never been payed; you have the proof of buyings by Steam users without corresponding fees; and THEY must demonstrate the opposite. It makes no sense to give rope to fraudsters.

    • It’s not us giving rope to fraudsters and that’s the whole point : it’s the german legal system giving them rope… We’ve sued them less than 5 months after the release of the game and it’s been 18 months of legal battle.
      And no sadly we can’t sell the game by ourselves or at least not on Steam which is well… just bad. And because we consider the contract void does not mean any court will be of the same opinion and that’s waaaaaay to risky for me. Already nearly lost my business to them, I can’t risk more.

  2. Hardcore stuff…

    Legal issues take way too much time (and money) to be resolved…
    I hope other indie devs read your article and blacklist the hell out of this shaddy publisher (easy to find out who it is, google it).

    Anyway, I’m sure you guys will get back on your feet with your latest game (Drifting Lands), which looks very promising and already get some good PR coverage…

    Cheers from a fellow french indie dev ;)

  3. Wow, that’s just incredible.
    It’s sad to hear about cases like this.
    I’ll be sure to buy your game when you’ve sorted all of this out.

  4. as a german artist i’m not really sure what i should be more ashamed of
    the publisher or the judge ?

    i wish you the best of luck, hang in there

    greetings,
    snowinchina

  5. Je viens de découvrir un jeu qui avait l’air plutôt sympa, qui a tout de même reçu 17/20 sur jeuxvidéo.com (je n’ai pas regardé si le jeu était référencé sur d’autres sites spécialisés), qui à même eu le droit à un Gaming Live sur ce même site. Les quelques images et vidéos m’on bien données envie d’essayer. C’est un jeu qui avait l’air plutôt travaillé, auquel on y a mis le cœur…

    Ce que je viens de lire me dégoûte… :\

    • Merci ! En site français, il n’y a guère que gamekult qui avait testé Transcripted et qui ne lui avait accordé qu’un petit 12 :)
      De mémoire on a eu un 8/10 sur gamespot et c’est à peu près tout pour les sites ‘mainstream’.
      Pour le reste effectivement tout le monde est passé à côté…

  6. Bonjour,

    Je pense que cette histoire pourrait être postée sur Gama-sutra. Ça peut éviter à d’autre indépendants de se faire avoir.
    Sinon je trouve clean de votre part de ne pas donner le nom de l’éditeur. Même si il mérite toute la mauvaise pub du monde.

    Courage et longue vie à vous.

  7. Je viens de lire l’article, avec beaucoup de peur… En effet suis étudiant dans une section mi artistique mi informatique en belgique (st luc, à bruxelle) dans le but totalement avoué de bosser dans le jeu vidéo….et ce n’est pas le premier article du genre que je voit…Au moins je sais que j’éviterais la justice allemande maintenant.

    Tout ce que je peut vous dire c’est courage ! Je vous ai découvert avec Drifting Land et franchement, ca s’annonce génial… Pour le coup on est jamais aussi bien servi que par soit même ! C’est compliqué d’éditer soit même son jeu?

    • Editer et distribuer un jeu non ça n’est pas compliqué aujourd’hui. En faire un projet rentable économiquement (sans même parler de succès) par le biais d’une communication efficace, oui déjà beaucoup plus. L’avenir nous dira si nous en sommes capables ou pas ;)

  8. Whoa that suck, never ever hear of such game.
    There nothing you can do except for either:
    release the source
    or
    find an escamotage to move the legal issue to a local court.
    Also, never ever sings a world wide distribution contract with these kind of scammer.
    Mine advice is to write the story to http://arstechnica.com

  9. Oh Boy.

    I just read about the misery you’ve experienced with your German publisher (Topware?) and the unbelievable court decisions which sadly took place in my home town Cologne where we almost 30 years ago started to develop our first game.

    The gaming industry was still young back than and small game development teams were already prone to getting ripped of publishers if they didn’t get their contract legally checked before signing. But as it seems you have a legal contract which doesn’t leave room for much or any interpretation at all and still are getting ripped of.What a shame.I really feel sorry for you and wish your publisher all the worst in the world.

    If you’ll have to come to Cologne again I’ll gladly support you if I can be of any help to you.

    Good luck with your next game.You’ve got a new customer already ;-)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>